<![CDATA[InvestingInAfrica.org - Blog]]>Thu, 17 Jan 2019 09:29:35 -0800Weebly<![CDATA[Dans quel état President Joseph Kabila laisse-t-il la République Démocratique du Congo?]]>Tue, 15 Jan 2019 00:03:02 GMThttp://investinginafrica.org/blog/dans-quel-etat-president-joseph-kabila-laisse-t-il-la-republique-democratique-du-congoA la fin du mois de décembre, une élection présidentielle s’est tenue à la République Démocratique du Congo (R.D.C), qui mettra un terme au mandat du Président Joseph Kabila (lien).  C’est un bon moment pour examiner dans quel état il laisse la R.D.C.  Comme il s’avère, en dépit de nombreuses critiques de son gouvernement, certains aspects de l'économie et des résultats sociaux de la R.D.C. sont assez forts comparativement aux autres pays ayant un revenu par personne similaire.  Cependant, si l’élection présidentielle est perçue comme injuste et les gens contestent les résultats, l’économie et la société pourraient être gravement endommagées.
 
Croissance économique
La R.D.C. est l’un des pays le plus pauvre du monde, évalué par la quantité de biens qu'une personne moyenne peut acheter (mesurée en PIB individuel en parité de pouvoir d’achat (PPA)).  Mais il a progressé assez rapidement ces dernières années, avec un taux de croissance annuel de 2.7 pour cent entre 2013 et 2017.  En effet, avant la crise politique de 2016-2017, il n’y avait que vingt pays qui avaient eu un taux de croissance plus élevé [1].
 
La figure 1 montre le taux de croissance tracé en fonction du PIB par personne, pour les pays à revenu par personne inférieur à 10 000 dollars des États-Unis en PPA.  La croix noire marque la R.D.C., qui a un faible revenu mais une croissance assez forte.  La courbe ajustée (fondée sur une fonction quadratique et les données des pays) montre le taux de croissance prévu à chaque valeur du PIB par personne.  Les pays situés en dessous de la courbe ont un taux de croissance plus faible que prévu à leur valeur de PIB par personne, et les pays situés au-dessus de la courbe ont un taux de croissance plus fort que prévu.  Le taux de croissance de la R.D.C est plus fort que prévu.
 
Figure 1. Taux de croissance tracé en fonction du PIB par personne pour les pays à revenu par personne inférieur à 10 000 $ des Etats-Unis en PPA
Notes : La R.D.C. est marquée d’un X.  Les taux de croissance sont des moyennes de 2013 à 2017 inclusivement.  Les taux de croissance et les PIBs par personne sont en PPA.
 
Inégalité
L’inégalité dans la R.D.C. est supérieure à la moyenne par rapport aux normes internationales.  C’est à peu près le même taux (mesuré par l’indice de Gini, et égal à 42) que ceux des Etats-Unis et de la Chine, et inférieur aux taux de la plupart des pays voisins [2].  La figure 2 montre l’inégalité tracée en fonction du PIB par personne, pour les pays à revenu par personne inférieur à 10 000 dollars des États-Unis en PPA.  La croix noire marque la R.D.C., qui a un taux d’inégalité supérieur à la moyenne.  La courbe ajustée (fondée sur une fonction quadratique) montre l’inégalité prévue à chaque valeur du PIB par personne.  Les pays situés en dessous de la courbe ont une inégalité plus faible que prévue à leur valeur de PIB par personne, et les pays situés au-dessus de la courbe ont une inégalité plus élevée que prévue.  L’inégalité de la R.D.C est plus élevée que prévue.
 
 
Figure 2.  Inégalité tracée en fonction du PIB par personne pour les pays à revenu par personne inférieur à 10 000 $ des Etats-Unis en PPA
Notes : La R.D.C. est marquée d’un X.
 
Alphabétisme
Le taux d’alphabétisme en la R.D.C. est de 76 pourcent pour les adultes, qui est assez élevé pour un pays à faible revenu par personne.  Le taux d’alphabétisme des jeunes (les gens âgés de 15 à 24 ans) est un meilleur indicateur de l’éducation pendant le mandat de Kabila.  Le taux d’alphabétisme des jeunes est de 84 pourcent, qui est plus élevé que les taux dans la plupart des pays voisins [3].
 
La figure 3 montre le taux d’alphabétisme des jeunes tracé en fonction du PIB par personne, pour les pays à revenu par personne inférieur à 10 000 dollars des États-Unis en PPA.  La croix noire marque la R.D.C., qui a un taux élevé d’alphabétisme des jeunes.  La courbe ajustée (fondée sur une fonction quadratique) montre le taux d’alphabétisme des jeunes prévu à chaque valeur du PIB par personne.  Les pays situés en dessous de la courbe ont un taux d’alphabétisme des jeunes plus faible que prévu à leur valeur de PIB par personne, tandis que les pays situés au-dessus de la courbe ont un taux d’alphabétisme des jeunes plus élevé que prévu.  Le taux d’alphabétisme des jeunes de la R.D.C. est beaucoup plus élevé que prévu.
 
Figure 3. Taux d’alphabétisme des jeunes tracé en fonction du PIB par personne pour les pays à revenu par personne inférieur à 10 000 $ des Etats-Unis en PPA
Notes : La R.D.C. est marquée d’un X.  Les jeunes sont les gens âgés de 15 à 24 ans.
 
Espérance de vie
L’espérance de vie en la R.D.C. est de 59,6 ans, qui est proche de la moyenne des pays à faible revenu par personne mais bien plus inférieure que celui des pays à revenu par personne élevé.  L’espérance de vie en la R.D.C. est également proche de la moyenne pour les pays voisins [4].  La figure 4 montre l’espérance de vie tracée en fonction du PIB par personne, pour les pays à revenu par personne inférieur à 10 000 dollars des États-Unis en PPA.  La croix noire marque la R.D.C., qui a une espérance de vie inférieure à ceux de la plupart des pays.  La courbe ajustée (fondée sur une fonction quadratique) montre l’espérance de vie prévue à chaque valeur du PIB par personne.  Les pays situés en dessous de la courbe ont une espérance de vie plus faible que prévue à leur valeur de PIB par personne, tandis que les pays situés au-dessus de la courbe ont une espérance de vie plus élevée que prévue.  L’espérance de vie de la R.D.C. est très légèrement inférieure que prévue.
 
Figure 4. Espérance de vie tracée en fonction du PIB par personne pour les pays à revenu inférieur à 10 000 $ des Etats-Unis par personne en PP
 Notes : La R.D.C. est marquée d’un X.
 
Résumé
Le gouvernement de Kabila renonce au pouvoir avec la R.D.C. bien performant en certaines mesures économiques et sociales importantes par rapport aux autres pays à faible revenu.  La croissance économique et l’alphabétisme sont meilleurs que prévus, tandis que l’espérance de vie est proche de la valeur prévue.  L’inégalité est plus élevée que prévue, mais inférieure à la moyenne régionale.  C’est une base sur laquelle le nouveau président peut bâtir, s’il a la volonté et les compétences politiques d’éviter le conflit après les résultats contestés de l’élection (lien).
 
Notes de bas de page:
[1] Les données ici et dans les figures proviennent de la Banque Mondiale (lien).  La Banque Mondiale dit que ses données sont « recueillies des sources internationales reconnues officiellement », mais les données peuvent être inexactes de nombreuses façons (par exemple, en la R.D.C. il est difficile d’observer les gens qui travaillent et commercent dans les régions isolées, afin qu’il est difficile d’y estimer la taille de l’économie).  Les données sont incertaines, et la précision de mes commentaires sera influencée par l’incertitude.
[2] Par comparaison, une liste de coefficients Gini est à ce lien.  Les données diffèrent légèrement des nôtres.
[3] Lien
[4] Lien

]]>
<![CDATA[Quels types d’innovation les entreprises de la RDC développent-elles ?]]>Sat, 01 Dec 2018 21:53:09 GMThttp://investinginafrica.org/blog/quels-types-dinnovation-les-entreprises-de-la-rdc-developpent-ellesIl existe de nombreux types d’innovation.  Par exemple, l’innovation peut être un nouveau produit pour des consommateurs, ou il peut être un nouveau processus qu’une entreprise utilise pour produire ses produits actuels.  Il vaut le coup de réfléchir aux types différents d’innovation, puisque l’entreprise innovante peut devoir les développer de façons différentes, et elles peuvent avoir des effets différents sur l’entreprise ou la société en général lorsqu’elles sont utilisées.
 
Cet article examinera différents types d’innovation, avec des exemples tirés des entreprises et des gens de le République Démocratique du Congo en 2018.  Huit types d’innovation seront traités : produit, processus, position, paradigme, incrémentale (à l’opposé de radical), discontinue, modulaire, et architecturale.  Le tableau 1 présente les huit types et leur définitions.
 
Tableau 1
1. Innovations de produits… changements dans les produits fournis par l’entreprise
2. Innovations de processus… changements dans les processus utilisés pour produire un produit
3. Innovations de position… changements dans la position d’une entreprise sur le marché
4. Innovations de paradigme… changements dans le façon dont l’entreprise considère ses activités
5. Innovations incrémentales (ou progressives)… innovations qui ne sont pas très différentes de ce qu’elles remplacent
(et les innovations radicales… innovations qui sont très différentes de ce qu’elles remplacent)
6. Innovations discontinues… innovations qui changent considérablement la façon dont leur industrie fonctionne
7. Innovations modulaires… changements dans les composants individuels qui constituent un produit
8. Innovations architecturales… changements des liens entre les composants individuels qui constituent un produit
 
Les innovations de produits sont des changements dans les produits fournis par l’entreprise.  Le produit peut être un bien physique tel qu’un ordinateur, ou un service tel que des soins médicaux.  Un exemple d’une innovation de produits est l’introduction d’une nouvelle boisson énergétique par la société congolaise de brasserie, Bralima (lien).
 
Les innovations de processus sont des changements dans les processus utilisés pour produire un produit.  Les nouveaux processus peuvent être le résultat de l’installation de nouvelles machines ou le résultat de l’application de nouvelles techniques.  Un exemple d’une innovation de processus est l’introduction de deux générateurs électriques améliorés à Kinshasa par le fournisseur d’électricité, SNEL (lien), qui met à jour les machines dont il se sert pour produire l’électricité.
 
Les innovations de position sont des changements dans la position d’une entreprise sur le marché.  La position sur le marché comprend la façon dont l’entreprise se présente à ses consommateurs, et l’identité de ces consommateurs.  Un exemple d’une innovation de position est l’entrée sur le marché pour des vols entre Kinshasa et Johannesburg par la compagnie aérienne Congo Airways (lien).  Par conséquent, la compagnie a commencé à livrer concurrence pour attirer des clients qui volent entre eux.
 
Les innovations de paradigme sont des changements dans la façon dont l’entreprise considère ses activités.  Le changement souvent a trait au type ou à la nature du produit que l’entreprise fournisse.  Un exemple d’une innovation de paradigme est l’introduction de la banque mobile sécurisée par la banque UBA (lien).  L’innovation nous change des services bancaires fournis par une personne dans un emplacement physique durant certaines heures, aux services bancaires fournis à tout moment par un ordinateur en ligne.
 
Les innovations incrémentales (ou progressives) sont des innovations qui ne sont pas très différentes de ce qu’elles remplacent.  Ils contrastent avec les innovations radicales, qui sont très différentes de ce qu’elles remplacent.  Un exemple d’une innovation incrémentale est l’introduction d’une chaîne de télévision par l’entreprise Trace (lien).  Il a de nouvelles émissions, mais la technologie et les idées de base sont bien établies.  Un exemple d’une innovation radicale est l’introduction d’une nouvelle maternité à l’hôpital de Chiherano dans la province de Sud-Kivu (lien).  Il offre des services de maternité bien meilleurs qu’étaient auparavant disponibles dans la région.
 
Les innovations discontinues sont des innovations qui changent considérablement la façon dont leur industrie fonctionne.  Un exemple de l’innovation discontinue est le développement de l’énergie renouvelable et des produits qui utilisent peu de charbon par l’entrepreneur de la RDC, Gabriel Shabani (lien).  Ces produits ont la possibilité de remplacer des produits qui utilisent principalement des hydrocarbures, et qui dominent beaucoup de marchés.
 
Les innovations modulaires sont des changements dans les composants individuels qui constituent un produit.  Un exemple d’une innovation modulaire est l’introduction du cinéma Cinebuzz à Kinshasa par l’entrepreneur Déo Kasongo (lien).  Le cinéma diffère en sa location et sa présentation des cinémas Cinekin déjà présents à Kinshasa (lien), mais les opérations commerciales de base sont similaires.
 
Les innovations architecturales sont des changements des liens entre les composants individuels qui constituent un produit.  Un exemple d’une innovation architecturale est l’introduction de « M-Pesa Solola na mur » par Vodacash (lien).  Cette innovation permet aux consommateurs disposant un compte bancaire et un téléphone portable de retirer de l’argent des distributeurs automatiques de billets, sans utiliser une carte bancaire.  Elle uni les trois components (le compte, le téléphone, et le DAB) pour créer un nouveau produit.
 
Les innovations peuvent être plus d’un type.  Par exemple, nous avons dits que la nouvelle maternité à l’hôpital de Chiherano (lien) est un exemple d’innovation radicale.  On peut aussi la considérer comme une innovation de produit (les soins hospitaliers de maternité sont fournis pour la premier fois dans la région), une innovation de processus (l’hôpital doit établir la maternité et préparer sa fonctionnement), une innovation de position (l’hôpital attirera des femmes qui aurait voyagées ailleurs pour des soins de maternité), et peut-être une innovation de paradigme (les femmes ne doivent plus parcourir de longues distances, un mois avant la naissance, pour des soins).
 
Les innovations peuvent aussi ne pas être un type clair.  Par exemple, nous avons dits que la banque mobile est une innovation de paradigme, parce qu’il transforme les opérations bancaires en un service automatisé disponible à tout moment.  Mais on peut soutenir qu’il ne change pas vraiment la façon dont les gens pensent des opérations bancaires, et il seulement leur donne un autre moyen de accéder à leur services bancaires, afin qu’il n’est pas vraiment une innovation de paradigme.  L’important n’est pas une classification parfaite, mais une classification raisonnable que nous pouvons utiliser pour examiner davantage des innovations.
]]>
<![CDATA[Pourquoi est-ce que les entreprises de la RDC innovent ?]]>Wed, 10 Oct 2018 04:29:45 GMThttp://investinginafrica.org/blog/pourquoi-est-ce-que-les-entreprises-de-la-rdc-innoventPourquoi est-ce que les entreprises de la République Démocratique du Congo (RDC) innovent* ?  Identifier, fabriquer, et vendre un nouveau bien ou service peut demande beaucoup de travail, mais de nombreuses entreprises choisissent de le faire.  Par exemple, après le lancement en juillet 2018 de son nouveau service de banque en ligne, la United Bank of Africa a dit qu’elle s’engage « dans son processus d’amélioration de la qualité de service pour ses clients en mettant en service des produits toujours plus innovants. »  (lien).  D’autres biens et d’autres services lancés ces derniers mois incluent les boissons énergisantes (lien), les services de cinéma (lien), et les soins de maternité (lien).
 
Les sociétés peuvent avoir beaucoup de raisons d’innover.  Souvent, une entreprise veut changer quelque chose afin que le bénéfice augmente ou que un autre objectif organisationnel soit satisfait, et l’innovation est une bonne façon de le faire.  Cet article examinera des raisons importantes d’innover, et les illustrera avec des exemples récents tirés de la RDC.  Le tableau 1 liste les raisons que ce billet examinera.
 
Table 1. Raisons d’innover
  1. Satisfaire la demande des consommateurs
  2. Répondre aux concurrents
  3. Réduire les coûts de production
  4. Répondre à la législation
  5. Répondre à l’émergence d’une nouvelle technologie
  6. Répondre aux conditions au sein de l’entreprise
  7. Fournir un service public
 
Raison 1 : Satisfaire la demande des consommateurs
Une entreprise peut innover pour satisfaire la demande des consommateurs.  La demande non satisfaite peut être reconnue par les consommateurs potentiels, et l’entreprise peut décider d’innover suite à leur discuter.  Autrement, la demande non satisfaite peut être non reconnue par les consommateurs potentiels, et l’entreprise peut innover en tenant compte de ses propres attentes quant à ce que les consommateurs voudront.
 
Un exemple d’innovation afin de satisfaire la demande de consommateurs est l’introduction par l’entreprise Transco d’une nouvelle ligne de bus à Kinshasa en juillet 2018 (lien).  La ligne relie deux quartiers de la capitale congolaise, Mokali et Zando, qui n’étaient pas reliés auparavant par le bus.  La nouvelle ligne répond à une demande non satisfaite de transport en bus, mais aussi de transport plus généralement, comme il « est l’une des rares alternatives qu’ont les kinois en cas de grève d’autres transporteurs comme les taxis ou pendant la période de pénurie de carburant ».  (lien)
 
Raison 2 : répondre aux concurrentes
Une entreprise peut innover pour répondre aux actions des concurrents ou pour obtenir un avantage sur eux.  Ils pouvaient développer un bien ou un service qui est entièrement nouveau, et essayer de attirer les consommateurs d’un produit existant vendu par un concurrent.  Autrement, ils pouvaient développer un bien ou un service qui est une copie d’un produit existant, mais qui l’entreprise n’a pas fabriqué auparavant (alors c’est une innovation pour l’entreprise, mais ce n’est pas pour le marché).  Peut-être l’entreprise tente d’attirer des consommateurs d’un concurrent, soit comme un nouvel entrant sur le marché, soit en réponse à l’innovation antérieure d’un concurrent.
 
Un exemple d’innovation pour répondre aux concurrents est l’introduction par l’entreprise Congo Airways de vols de Kinshasa à Johannesburg en Afrique du Sud en mai 2018 (lien).  Le vol de Kinshasa à Johannesburg n’est pas une innovation pour le marché, puisque South African Airways fournit déjà des services directs, et beaucoup de compagnies aériennes fournissent des services indirects.  Toutefois, le vol est une innovation pour Congo Airways, qui espérera attirer des clients de ces concurrents.
 
3. Réduire les coûts de production
Une entreprise peut innover pour réduire les coûts de production.  Souvent l’innovation est l’introduction d’un nouveau processus au sein de l’entreprise, et le client ne voit aucune différence dans le bien ou le service qu’il achète.  Parfois, le bien ou le service peut changer aussi, par exemple si un service est automatisé afin que les employés soient remplacés par des machines.
 
Un exemple d’innovation pour réduire les coûts de production est l’introduction par United Bank of Africa d’un service de banque en ligne et automatisé en juillet 2018 (lien).  Le service de banque automatisé, assisté par l’intelligence artificielle, permettent à la banque de servir les clients avec un effectif beaucoup plus petit, de sorte que la dépense sur l’effectif soit réduite.  Un autre aspect de l’innovation est que la banque peut fournir des services en dehors des heures normales de travail.
 
4. Répondre à la législation
Une entreprise peut innover en réponse à la législation.  La législation peut prohiber un certain produit, ou peut lever le coût de le fabriquer, et l’innovation développera un produit qui le remplace.  Autrement, le législation peut empêcher qu’un item ou une personne soit employé dans le processus de fabrication, et l’innovation développera une nouvelle méthode de fabrication qui ne les utilise pas.
 
Un exemple d’innovation en réponse à la législation est l’introduction par des supermarchés à Kinshasa d’emballages biodégradables avant août 2018 (lien).  De la législation du gouvernement de la RDC a interdit l’utilisation d’emballages et de sacs plastiques depuis juillet 2018, et certains supermarchés à Kinshasa ont répondus en introduisant des enveloppes en carton ou en tissu.  Le législation aussi augmente la demande et les bénéfices de la vente directe de sacs (lien), ainsi créant également des incitations à des réponses innovantes parmi ces vendeurs.
 
5. Répondre à l’émergence d’une nouvelle technologie
Une entreprise peut innover en réponse à l’émergence d’une nouvelle technologie.  L’émergence d’une nouvelle technologie est une partie seulement du processus d’innovation, et l’entreprise aurait encore beaucoup de travail à faire pour compléter le processus.  Par exemple, la technologie devrait être incluse dans un bien ou un service, qui devrait être rendue attractive aux consommateurs, et puis vendue.
 
Un exemple d’innovation en réponse à l’émergence d’une nouvelle technologie est l’introduction de services de téléphonie mobile 4G par Vodacom Congo depuis 2018 (lien).  La technologie de réseau 4G avait émergé au niveau international et en RDC, permettant le transfert de données plus rapide et plus grand à travers elle.  Vodacom Congo a introduit un réseau basé sur la technologie en RDC, et des biens et des services tels que des logiciels et des cartes SIM, qui a permis à la technologie d’être utilisé par les utilisateurs personnels.  Il a aussi commercialisé les biens et les services.
 
6. Répondre aux conditions au sein de l’entreprise
Une entreprise peut innover en réponse aux conditions au sein de l’entreprise.  Un exemple est que l’entreprise peut avoir un propriétaire ou un gestionnaire qui est très enthousiaste à l’idée d’innovation, et l’entreprise innove pour le satisfaire.  Autrement, une entreprise peut avoir besoin d’un effectif plus qualifié, et innove en développant un programme de formation pour lui.
 
Un exemple d’innovation en réponse aux conditions au sein de l’entreprise est le développement des voitures et des trains électriques en Angola par l’entrepreneur Gabriel Shabani (lien).  Shabani était une influence importante sur l’innovation.  Il n’a pas pu parvenir à un accord avec le gouvernement de la RDC sur son plan initial pour l’innovation, mais il a persisté.  Après avoir approché et être parvenu à un accord avec le gouvernement angolais, l’innovation s’est allé de l’avant.
 
7. Fournir un service public
Une entreprise peut innover pour fournir un service public.  Les propriétaires ou les employés peuvent vouloir faire bénéficier des autres gens sans rien leur vendre, et ils peuvent vouloir utiliser l’entreprise pour le faire.  Le service public peut aussi avoir des avantages pour l’entreprise, tels que l’amélioration de l’image publique ou la création de future demande pour ses produits.  L’innovation peut être développée d’une façon similaire aux innovations commerciales, par l’identification de bonnes idées, leur conversion en biens ou services utilisables, avant de transmettre les biens et les services aux destinataires.
 
Un exemple d’innovation pour fournir un service public est l’introduction d’un cours pour enseigner les finances personnelles aux élèves, ce qui a été fait par la banque BCDC en 2018 (lien).  L’innovation aide les étudiants à comprendre et à gérer une influence importante sur leur vie.  Il améliore aussi l’image publique de l’entreprise, et peut encourager les étudiants à avoir des comptes à BCDC à l’avenir.
 
Résumé
En résumé, il y a de nombreuses raisons pour lesquelles les entreprises congolaises innovent.  Certains d’entre eux sont discutés ici : satisfaire la demande des consommateurs, répondre aux concurrents, réduire les coûts de production, répondre à la législation, répondre à l’émergence d’une nouvelle technologie, répondre aux conditions au sein de l’entreprise, et fournir un service public.   Les nombreuses raisons, et les nombreux exemples qui les accompagnent, suggèrent que mieux comprendre l’innovation aiderait les gens d’affaires à développer leurs entreprises.
 
Note de bas de page:
* L’innovation est le développement d’une idée en une nouvelle use pratique.  Il comprend l’identification d’une idée qui peut être utile, sa conversion en une forme utilisable, et des travaux d’appui tels que la conception ou les ventes que aident à appliquer l’idée.  La conversion d’une idée en une forme utile est habituellement appelée invention.  Toutefois, beaucoup d’études d’innovation se concentrent sur la manière dont l’entreprise identifie des idées et fait les travaux d’appui.  Ces parties du processus d’innovation sont assez similaires aux autres travaux de gestion.
 
Des définitions similaires d’innovation sont utilisées dans des manuels bien connus sur le sujet.  Dans le manuel de Dodgson, Gann  Salter, « Management of Technological Innovation », l’innovation est « l’exploitation commerciale réussie de nouvelles idées ».  Dans le manuel de Schilling, « Strategic Management of Technological Innovation », l’innovation technologique est « l’acte d’introduire un nouveau dispositif, méthode, ou matériel pour l’application aux objectives commerciaux ou pratiques ».  Dans le manuel de Tidd, Bessant, « Managing Innovation », l’innovation est « le processus de faire croître [des bonnes idées] en des utilisations pratiques ».
]]>
<![CDATA[Comment les nouvelles entreprises en Afrique centrale peuvent augmenter leurs chances d’obtenir un financement]]>Sun, 02 Sep 2018 14:25:48 GMThttp://investinginafrica.org/blog/comment-les-nouvelles-entreprises-en-afrique-centrale-peuvent-augmenter-leurs-chances-dobtenir-un-financementLes défis auxquels font face les entrepreneurs en Afrique Centrale ont été décrits d’une manière saisissante dans un article récent du journal Iwacu (ici).  Bien que les entrepreneurs interviewés soient burundais, des problèmes similaires se produisent au-delà de la frontière en République Démocratique du Congo (RDC).  Les défis décrits sont le manque de clients, le manque de soutien public aux nouveaux entrepreneurs, le nombre des documents requis pour soumissionner pour les marchés publics, et surtout, la manque de financement.  Voici les mots d’un des entrepreneurs interviewés:
 
« Créée depuis deux ans, Edaco, une entreprise spécialisée dans l’architecture et la construction, est presque « fictive ». Elle n’a pas d’adresse physique… elle n’a engagé personne.
 
Prechore Nsabiyaremye, directeur général de cette entreprise,… a été désillusionné. « J’avais créé cette entreprise pour concourir pour les marchés publics.» Objectif qu’il n’a pas encore atteint. Sa société ne peut pas soumissionner pour les marchés publics en tant qu’entreprise. Elle n’a pas de garanties financières suffisantes et de l’expérience. Là où le bât blesse, regrette-t-il, aucune institution financière n’accepte d’accorder des crédits aux entreprises naissantes à défaut des hypothèques. Depuis 2016, il n’a gagné aucun marché. »
Source: http://www.iwacu-burundi.org/des-entreprises-et-emplois-fictifs
 
Les investisseurs potentiels peuvent avoir plusieurs inquiétudes qui les rendent réticents à investir dans le projet d’un entrepreneur [1].  Une inquiétude est que les retours sur investissement seront probablement très incertains, de sorte qu’il est difficile d’évaluer l’investissement.  Une autre inquiétude est que les investisseurs savent probablement moins que l’entrepreneur sur le projet planifié, de sorte que l’entrepreneur pourrait agir secrètement contre les intérêts des investisseurs.  Les inquiétudes quant aux informations limitées sur le projet et à l’activité anti-investisseuse peuvent être particulièrement aigus en RDC, ou il est souvent difficile de recueillir des informations sur les entreprises ou du comportement d’entrepreneurs.  Aussi, il sera souvent difficile pour les investisseurs de s’assurer en droit que les entrepreneurs n’agissent pas contre les intérêts des investisseurs, en raison des difficultés d’accès et d’application juridiques.
 
Les investisseurs potentiels fournissent plus probablement du financement si leurs inquiétudes sont calmées.  L’entrepreneur peut aider de calmer leurs inquiétudes en faisant plusieurs choses.  L’entrepreneur peut commencer en donnant plus d’informations sur les projets aux investisseurs.  Les informations pourraient être un plan d’affaires ou des informations financières et organisationnelles détaillées.  De telles informations pourraient être diffusées initialement ou pendant la durée du projet, peut-être avec d’investissement supplémentaire déclenché si les informations sont bien.  Aussi, l’entrepreneur pourrait donner des preuves de ses succès passés ou de ses compétences en matière de gestion de l’entreprise, ainsi que des compétences et aptitudes d’autres gens et organisations liées à l’entreprise.  De plus, l’entrepreneur pourrait chercher du financement auprès des investisseurs avec lesquels il a travaillé dans le passé, ou avec lesquels il a des liens sociaux, puisque de tels investisseurs probablement en savent plus sur l’entrepreneur, et ses compétences et ses idées.
 
Une problème avec la divulgation d’informations sur le projet est que les investisseurs pourraient utiliser les informations pour entreprendre le projet sans l’entrepreneur.  Cependant, si le projet est petit, a un rentabilité faible ou modérée, ou est difficile à appliquer, les chances que les investisseurs agissent seuls sont réduites comme ils ont moins de incitations à entreprendre le projet.  Aussi, l’entrepreneur pourrait éviter divulguer des informations détaillées sur le façon de gérer le projet, au moins avant son début.
 
Aussi, l’entrepreneur pourrait donner aux investisseurs potentiels plus de contrôle sur l’utilisation de leurs fonds, s’ils choisissent de financer le projet.  Si les investisseurs ont plus de contrôle, l’entrepreneur ne peut pas facilement agir contre leurs intérêts.  L’entrepreneur pourrait inviter les investisseurs à participer à la gestion du projet, peut-être comme administrateurs non exécutifs.  Les investisseurs ne seront probablement intéressés dans la participation que si le projet est assez grand.  L’entrepreneur pourrait aussi donner aux investisseurs le contrôle de certaines activités commerciales telles que la vente d’actifs qui pourraient enrichir l’entrepreneur au détriment des investisseurs.  De plus, l’entrepreneur pourrait accepter de ne pas faire certaines choses, telles que vendre d‘actifs ou développer vite de l’entreprise.
 
Il y a des problèmes avec le transfert de contrôle aux investisseurs.  Un problème est que l’entrepreneur pourrait être laissé avec un rôle réduit dans l’entreprise, même s’il est susceptible d’être le partisan le mieux informé et le plus engagé.  Un autre problème est qu’il peut être difficile ou coûteux de appliquer juriquement le transfert de contrôle, particulièrement en RDC où le gouvernement a une juridiction limitée sur une partie du pays.  La réputation et l’expérience d’un entrepreneur sont probablement importantes pour montrer les investisseurs que l’on puisse lui faire confiance pour faire ce qu’il dit.
 
Aussi, l’entrepreneur pourrait aider à calmer les inquiétudes des investisseurs en réduisant l’exposition au risque.  Si les investisseurs sont moins exposés au risque, les inquiétudes à l’égard des informations limitées du projet et l’activité contra-investisseur peuvent être moins importantes pour eux quand ils décident s’ils financent le projet.  L’entrepreneur pourrait offrir les investisseurs plus de protection contre le risque.  Un type de la protection est le remboursement garanti des fonds avant que les autres créanciers soient payés, si l’entreprise ferme.  Un autre type de protection est le transfert de propriété aux investisseurs si les cibles de rendement ne sont pas atteintes.  Encore une autre type de protection est le remboursement des fonds avec un montant supplémentaire fixe après une certaine période – en d’autres termes, la financement par emprunt, plutôt que par actions ou quelque chose d’autre qui paie un montant lié aux bénéfices.
 
Il y a des problèmes de réduction des risques des investisseurs, tant pour les entrepreneurs que pour les investisseurs.  Un problème est que si les investisseurs reçoivent une protection large, toute utilisation de leurs fonds qui menace la protection ne convient plus, de sort que les fonds ne peuvent pas être utilisés pour nombreux objectifs commerciaux.  Un deuxième problème est qu’il est impossible d’anticiper toutes les menaces potentielles aux fonds des investisseurs, de sort que les investisseurs seront toujours exposés à un certain risque même s’ils bénéficient d’une protection.  Un troisième problème est qu’il peut être difficile d'imposer légalement la protection promise ou écrite dans un contrat.  Un quatrième problème est que si le financement par emprunt est utilisé, les investisseurs peuvent être toujours exposés au risque.  L’entrepreneur recevra le bénéfice ou la perte de l’entreprise après la remboursement de la dette.  Si la perte potentielle de l’entrepreneur est limitée (par exemple, si sa entreprise a une responsabilité limitée), il peut choisir des stratégies qui accroissent le bénéfice ou la perte attendu, mais diminuent les chances de rembourser sa dette.  Le risque que confronte les investisseurs aurait une forme différente, mais y resterait toujours.
 
Le tableau 1 précise les actions qu’un entrepreneur peut entreprendre pour augmenter les chances d’obtenir un financement, triés en fonction de leur but.  Un entrepreneur qui entreprend ces actions n’est pas sûr d’obtenir des fonds, mais c’est plus probable.
 
Tableau 1: Actions qu’un entrepreneur peut entreprendre pour accroître les chances d’obtenir un financement
But : Réduire l’incertitude des investisseurs
1. Donner des informations sur le projet aux investisseurs, soit initialement, soit pendant la durée du projet
2. Donner des informations sur les compétences et l’expérience de l’entrepreneur dans le gestion d’une entreprise
3. Travailler avec des investisseurs qui ont travaillés avec l’entrepreneur dans le passé
4. Travailler avec des investisseurs qui ont des liens sociaux a l’entrepreneur

But : Réduire les inquiétudes des investisseurs quant à l’activité contre leurs intérêts
1. Inviter les investisseurs à participer à la gestion du projet
2. Donner aux investisseurs le contrôle des activités commerciaux qui peuvent être contre les intérêts des investisseurs
3. Accepter de ne pas faire des activités commerciales spécifiques contre les intérêts des investisseurs

But : Réduire l’exposure des investisseurs au risque
1. Garantir que les investisseurs seront remboursés avant les autres créanciers, si l’entreprise ferme
2. Garantir de transférer de propriété aux investisseurs si les cibles de rendement ne sont pas atteintes
3. Demander un financement par emprunt, plutôt qu’un financement par actions (cette action modifie la forme du risque de l’investisseur, plutôt que de l’enlever)


Notes:
[1]. L’analyse ici suit le livre Shane, 2003, « A General Theory of Entrepreneurship », chapitre « Resource Acquisition »

]]>
<![CDATA[Comment les entreprises congolaises peuvent augmenter leur innovation – mes premières idées]]>Mon, 30 Jul 2018 01:57:56 GMThttp://investinginafrica.org/blog/comment-les-entreprises-congolaises-peuvent-augmenter-leur-innovation-mes-premieres-ideesLes entreprises de la République démocratique du Congo (RDC), comme les entreprises partout, souvent bénéficient de l’innovation.  L’innovation est fabriquer ou faire de quelque chose de nouveau, et puis tenter de gagner de l’argent ou un avantage du changement.  Quelques exemples sont montrés dans le Tableau 1.  Ils pourraient aussi être considérés comme des exemples de l’entrepreneuriat, le processus d’établant une entreprise nouvelle, qui est étroitement lié à l’innovation.
 
Tableau 1. Exemples d’innovation
  1. Une entreprise commence à fabriquer un type nouveau de meubles, et la vend
  2. Une entreprise achète des ordinateurs, et laisse les gens les utilisent pour de l’argent
  3. Une personne loue une voiture, et fonde un service de taxi
 
Il y a été beaucoup d’études des choses qui augmentent l’innovation d’une entreprise.  Le plupart d’eux s’appliquent autant en DRC qu’aux autres pays.  Par exemple, le manuel « Managing Innovation » (Gérer de l’innovation, écrit par Tidd et Bessant) discute de sept caractéristiques d’une entreprise qui peuvent augmenter l’innovation.  Ils sont listés dans le Tableau 2.
 
Tableau 2. Caractéristiques d’une entreprise qui peuvent augmenter l’innovation
  1. Une direction claire
  2. L’organisation de l’entreprise est assez flexible
  3. Les gens prennent des rôles qui aider les autres à innover, tel que promouvoir le projet
  4. Le travail de l’équipe
  5. Tous dans l’entreprise peuvent participer à l’innovation
  6. L’innovation est encouragée, par exemple par le paiement
  7. Les idées bonnes de dehors de l’entreprise sont bienvenues, par exemple des clients
Source : Tidd et Bessant, 2013, « Managing Innovation »
 
Mais qu’en est-il des choses qui influencent plus l’innovation en RDC que dans les autres pays ?  Une façon de les trouver est de regarder les circonstances spéciales que s’y appliquent, puis de voir quelles choses seraient particulièrement influentes dans ces circonstances.  C’est une approche que j’utiliserai ici.  Je commencerai par examiner les influences liées aux circonstances de demande spéciales que les entrepreneurs congolais affrontent, avant de regarder les influences liées à leurs circonstances de travail spéciales.
 
Influences sur l’innovation congolaise liées aux circonstances de demande spéciales
Les innovateurs congolais peuvent viser à satisfaire la demande nationale croissante.  La DRC a un taux de croissance du revenu personnel qui est moyen à haut par les normes des pays développés, et la population s’accroît assez vite (lien).  Tandis que les gens deviennent plus riches et la population augment, la demande pour les différents types de produits probablement émergera plutôt vite.  C’est important pour une entreprise d’innover plutôt vite aussi, à satisfaire la demande émergente.  Certaines caractéristiques d’une entreprise qui peuvent accélérer l’innovation sont mentionnées dans le Tableau 3.  De plus, un source d’idées vite et facilement disponible est les produits vendus dans les pays plus riches.  Si une entreprise surveille les produits vendus dans les pays riches et à revenus moyens, puis elle pourrait les copier ou les adapter, économisant de l’argent sur la recherche des idées et l’analyse du marché.
 
Tableau 3. Caractéristiques d’une entreprise qui peuvent accélérer l’innovation
  1. Une stratégie ciblant l’innovation vite
  2. Engagement de la direction
  3. Préparer les gens et les ressources
  4. Efficacité dans les activités de soutien telles que l’administration
  5. Plus de prises de décision aux niveaux d’effectif plus juniors
  6. Chefs de projet et champions qui sont engagés et puissants
  7. Bonne spécification initiale
  8. Les gens de services différents (par exemple, la conception, la fabrication, et le marketing) travaillent en même temps et en coopération
  9. Engagement au contrôle de qualité à chaque étape
  10. Chercher les petites améliorations sans cesse
  11. Utiliser les bonnes idées de produits existants
  12. Les conceptions sont assez flexibles pour être changés en beaucoup de produits différents
  13. Les technologies sont assez fondamentales pour être utilisées pour beaucoup de produits différents
  14. Liens étroits avec les fournisseurs
  15. Information à jour sur les matériels et les fournisseurs
  16. Impliquer les utilisateurs compétents
  17. Gagner l’accès aux connaissances et aux compétences externes
  18. Utilisation de la technologie de communication moderne
  19. Utilisation du dessin assisté par ordinateur, y incluant les fournisseurs et les acheteurs
  20. Générer des prototypes rapidement, par exemple utilisant le dessin assisté par ordinateur
  21. Utilisation du modelage par simulation au lieu des prototypes
  22. Comprendre les technologies de base, et utiliser les connaissances dans la simulation
  23. Utilisation des systèmes d’ordinateur intelligents pour évaluer chaque étape de la conception
Source : Rothwell, 1994, “Towards the Fifth-generation Innovation Process”
 
Les innovateurs congolais peuvent viser à s’adapter aux perturbations de la demande sur les marchés nationaux.  Les marchés aux parties à l’est de la RDC sont vulnérables à la perturbation à cause de l’activité militaire.  La demande pour les produits peut s’accroître ou diminuer considérablement au dernier moment, par exemple lorsque les marchés physiques sont détruits, ou lorsque les réfugiés arrivent.  Une entreprise devrait pouvoir d’innover rapidement de répondre à cette demande, et nous avons discutés déjà comment certaines caractéristiques des entreprises peuvent accélérer l’innovation (las liste est dans le tableau 3).  Une deuxième approche est à produire des innovations flexibles, qui ont beaucoup d’usages différents, ou qui peuvent être adaptées à un autre but sans beaucoup de difficultés.  Une troisième approche est à assurer la flexibilité dans le processus d’innovation, en sélectionnant des idées, des processus, et des technologies qui peuvent être utilisé pour produire des innovations différentes.  Une quatrième approche est à fabriquer des innovations et à utiliser des processus qui peuvent être transférés facilement aux marchés différents.  Par exemple, si une innovation est produite principalement par les compétences humaines plutôt que par des machines lourdes, c’est plus facile de transférer à un marché différent.
 
Les innovateurs congolais peuvent viser à répondre à la demande internationale croissante pour les produits.  Les opportunités d’exportation s’ouvrent pour les entreprises congolaises, comme les revenus croissent autour le monde.  Il y a peut être moins de concurrence dans la production de certaines produits, comme les coûts de production croissent dans les pays industrialisantes.  Une entreprise devrait pouvoir innover à répondre à cette demande internationale.  Ce qui semble important ici est d’être attentif aux opportunités internationales, et de pouvoir en profiter.  Une entreprise pourrait surveiller les marchés internationaux (par exemple par les détaillants en ligne) pour des produits qu’elle pourrait produire à un prix compétitif.  Elle pourrait aussi maintenir des liens avec les entreprises internationales qui sont connues pour vendre ou utiliser leurs produits.
 
Les innovateurs congolais peuvent aussi viser à surmonter les barrières géographiques et militaires qui restreignent la demande.  Les liaisons de transport entre les différentes parties du pays sont souvent limitées, restreignant l’accès aux marchés par les entreprises basées en dehors de ces marchés.  Le problème d’accès est aggravé par l’activité militaire en l’Est, que peut entraver le mouvement libre des produits et gens là.  Une entreprise devrait pouvoir produire des innovations que peuvent surmonter ces barrières.  Elle pourrait produire des innovations dont la production pourrait transférer facilement à la région où se situe la demande, qui nécessiterait l’entreprise d’établir des liens avec les fabricants et les détaillants à ces régions.  Autrement, elle pourrait produire des innovations plus intangibles, telles que les logiciels ou les nouvelles types de service.
 
Influences sur l’innovation congolaise liées aux circonstances de travail spéciales
Maintenant je examinerai les influences sur l’innovation congolaise qui sont liées aux circonstances de travail spéciales dans le pays.  Pour commencer, les innovateurs congolais peuvent viser à s’adapter aux perturbations dans leur environnement de travail.  Le processus innovateur peut être perturbé par l’activité militaire, en particulier dans l’est du pays.  Un façon de gérer le perturbation est à innover rapidement, afin qu’il y ait moins de temps pour le perturbation à arriver – nous avons déjà discutés sur la manière dont l’innovation peut être accéléré par certaines caractéristiques d’une entreprise (la liste est dans le Tableau 3).  Une autre façon est à s’assurer que le processus d’innovation nécessite peu d’actifs physiques, et procède par étapes claires et indépendantes, afin que le processus d’innovation puisse être temporairement suspendu ou transféré ailleurs si une perturbation arrive.
 
Les innovateurs congolais peuvent aussi viser à surmonter les barrières géographiques qui entravent leur innovation.  Les barrières géographiques, soit fait par les liens de transport restreintes soit fait par l’activité militaire, peuvent empêcher l’innovateur d’obtenir des information et des idées en dehors de sa région.  Ils peuvent aussi les empêcher d’utiliser les meilleurs partenaires pour développer l’innovation.  Une approche pour surmonter les barrières géographiques est de se servir beaucoup des communications en ligne pour les réunions, la création d'un réseau de connaissances, et le processus d’innovation en général.  Une autre approche est à maintenir le plus large réseau possible de sources d’information et de partenaires de innovation potentiels, afin que toutes information et opportunités disponibles peuvent être utilisées.
 
Sommaire
En somme, beaucoup des choses qui peuvent augmenter l’innovation dans les entreprises congolaises sont les mêmes que dans les entreprises d’autres pays.  Cependant, certaines choses ont des effets plus forts en RDC, ou sont principalement appropriées dans le pays.  Table 4 résume les mesures qu’une entreprise congolaise peut prendre pour augmenter l’innovation.  Ils doivent être soutenus par des preuves des entreprises congolaises avant qu’ils puissent être considérés comme des recommandations, alors pour le moment ils sont juste mes premières idées.
 
Table 4. Mesures qu’une entreprise congolaise peut prendre pour augmenter l’innovation
  1. Entreprendre des améliorations générales dans les caractéristiques de l’entreprise (listées dans le Tableau 2)
  2. Entreprendre des améliorations menant à l’innovation plus vite (listées dans le Tableau 3)
  3. Produire des innovations avec beaucoup des usages différents, ou qui peuvent leur être adaptés
  4. Avoir un processus flexible que peut être utilisé à produire des innovations différents
  5. Développer des innovations et utilisez des processus qui peuvent être facilement transférés aux marchés différents
  6. Développer des innovations dont la production pourrait se faire près du marché cible
  7. Établir des liens avec des fabricants et des détaillants près du marché cible
  8. Surveiller les marchés internationaux pour des produits que l’entreprise peut produire à un prix compétitif.
  9. Maintenir des liens avec des entreprises internationaux connues pour vendre ou pour utiliser les produits de l’entreprise congolaise
  10. Produire plus d’innovations intangibles
  11. Utiliser peu d’actifs physiques au processus d’innovation, et procéder par étapes claires et indépendantes
  12. Maintenir le plus large réseau possible de sources d’information et de partenaires d’innovation potentiels
]]>
<![CDATA[Comment j’organiserais un forum d’affaires en RDC]]>Thu, 07 Jun 2018 01:14:19 GMThttp://investinginafrica.org/blog/comment-jorganiserais-un-forum-daffaires-en-rdcUn forum d’affaires, le Katanga Business Meeting, s’est tenu le mois dernier dans la ville de Lubumbashi, dans la province d’Haut-Katanga, au sud-est de la DRC (lien).  L’objectif était de permettre aux entreprises de se rencontrer et former des liens commerciaux entre eux-mêmes.  130 entreprises y ont assisté, de secteurs y compris l’agriculture, les services, les mines, et l’énergie.
 
De tels forums sont une bonne idée.  Ils peuvent aider les entreprises à identifier et évaluer la faisabilité des opportunités commerciales.  Ils peuvent aider les entreprises à obtenir les ressources requises pour réaliser ces opportunités, et à trouver des partenaires, des fournisseurs, et des clients potentiels.  Ils peuvent aider les entreprises à évaluer la demande et les concurrents potentiels, et à décider sur la meilleure stratégie pour entrer dans un marché.  Ils peuvent aider les entreprises à trouver des biens et des services que font leurs opérations performer mieux.
 
Étant donné tous ces avantages, comment peut un organiseur préparer un forum pour les atteindre?  Un forum apportera plus probablement des avantages s’il engage un grand nombre d’entreprises, et facilite la communication et l’identification des opportunités entre eux.  Alors un organiseur voudrait faire des préparations détaillées que promeuvent l’engagement et la communication [1].  Voici ce que je ferais.
 
La première chose que je ferais est de contacter un échantillon des entreprises aussi large que possible, et les informer du forum.  Si plus d’entreprises sont impliqué, l’impact du forum sera susceptible d’être plus grand.  Alors j’utiliserais les annuaires téléphoniques,  les dossiers fiscaux, les organisations commerciales, les réseaux commerciales, et les connaissances des experts pour identifier et contacter les entreprises.  Des annonces dans les publications commerciales seraient utiles.  Je ferais aussi des annonces dans les journaux plus généraux, à la fois pour contacter ces entreprises non atteintes par les publications commerciales, et pour attirer les gens d’affaires potentiels qui n’ont pas déjà établis une entreprise – un prix d’entrée symbolique peut s’assurer que les participants au forum sont dévoués à la commerce.  Un site Web bien publicisé du forum serait utile aussi, donnant des informations sur le forum.  Aussi, j’encouragerais la participation en déclarant que le forum a le soutien d’associations commerciales importantes, du gouvernement, et d’organisations internationales.  Déclarer que beaucoup d’autres entreprises assisteront peut influencer les entreprises d’assister eux-mêmes.  Je examinerais aussi si les émissions ou les conférences Internet pourraient être utilisées à relier les entreprises dont les représentants ne peuvent pas assister en personne.
 
La prochaine chose que je ferais est d’embaucher des gens qui connaissent les entreprises et leurs affaires, ou qui peuvent apprendre beaucoup sur eux.  De tels gens peuvent agir comme « courtiers » ou « intermédiaires », reliant les entreprises qui peut-être ne se connaissent pas.  Leurs connaissances peut être utilisées pour organiser des réunions de groupe or bilatérales entre les entreprises avec des caractéristiques communes, ou pour fournir des informations aux entreprises participantes, ou pour organiser des communication soit sur papier soit en ligne.  Les intermédiaires peuvent aussi être capable de résoudre les difficultés entre les entreprises, si les intermédiaires ont des compétences de négociation ou peuvent les acquérir.
 
La troisième chose que je ferais est d’expliquer avant que le forum commence ce que les entreprises peuvent faire quand elles y arrivent.  Laisser les entreprises savoir à l’avance leur permet de se préparer, et rend les interactions au forum plus efficaces.  Alors je dirais aux entreprises qu’elles rencontreront des autres entreprises de leur propre industrie et des autres industries, et que elles peuvent échanger des échantillons des produits, des prospectus, et des cartes de visite.  Je leur dirais aussi qu’ils peuvent étaler et présenter publiquement.
 
La quatrième chose que je ferais est d’organiser les sièges, les espaces, et le programme dans le forum afin que les représentants des entreprises puissent se rencontrer et passer rapidement.  Plus une entreprise a des réunions pendant le forum, plus il est probable qu’elle identifie des opportunités commerciales, des partenaires, ou des fournisseurs.  Les tables et les stands des entreprises pourraient être positionné proches l’un de l’autre, peut-être côté à côté afin que les représentants puissent se déplacer d’une entreprise à un autre avec peu d’omissions.  Je suggérerais que les réunions initiales seraient limitées à trois minutes, avec des occasions de discuter plus loin lors d’une réunion portes ouvertes que suivra ou au déjeuner.  Des sessions pourraient être organisées pour les entreprises de différentes régions et industries, et sur différentes topiques d’intérêt commercial.  Ces sessions étendront l’éventail d’interactions des entreprises.
 
La prochaine chose que je ferais est de distribuer des informations sur la région, l’industrie, la spécialisation industriel, et l’éventail des produits de chaque entreprise, avec des coordonnées.  Une entreprise s’intéressera souvent par des opportunités où elle peut utiliser ses connaissances et ses compétences, et de telles opportunités peuvent résulter d’observer et de coopérer avec les entreprises avec lesquelles elle partage certaines caractéristiques.  Reconnaître les fournisseurs et les clientes locaux peut permettre aux entreprises de réduire les coûts, puisque l’entreprise avec les partenaires locaux auront les dépenses de transport plus basses, que peut mener aux grands réductions dans un région où le transportation est difficile.  En effet, sans trouver une chaîne logistique locale, une entreprise peut ne jamais décoller.  De plus, si les entreprises connaissent des autres entreprises avec les caractéristiques partagées, elles peuvent former des groupes de pression à protéger leurs intérêts.
 
La sixième chose que je ferais est d’encourager les entreprises à parler de leur travail.  La discussion du travail peut stimuler les idées et la collaboration.  Je demanderais aux entreprises de donner des présentations publiques pour cinq minutes de leurs produits, organisation, et objectives.  Les entreprises pourraient fournir des échantillons de leur travail, et décrire comment elles peuvent aider d’autres entreprises.  Les entreprises pourraient aussi décrire les problèmes qu’ils ont, afin que des partenaires ou des contractuels potentiels puissent travailler pour les résoudre.  Des réunions portes ouvertes pourraient discuter des topiques d’intérêt pour certaines ou la plupart des entreprises, y compris l’approvisionnement en électricité, la réglementation, les impôts, et la technologie.
 
La septième chose que je ferais est de promouvoir les contacts entre les entreprises après la fin du forum.  Les entreprises pourraient être encouragées à échanger des cartes commerciales pendant le forum, et à entrer leurs noms dans une base de données disponible pour d’autres entreprises.  Certains des ouvriers du forum qui connaissent les entreprises et leurs opérations pourraient continuer à travailler temporairement après la fin du forum, reliant les entreprises qui veulent trouver des partenaires, des fournisseurs, ou des clientes.  Les ouvriers pourraient aussi ramasser et résumer les informations données pendant le forum, que pourrait aider les entreprises à coopérer à l’avenir, et que pourrait être un produit commercial en soi.

Notes:
1. Certaines études académiques ont examiné les préparations utilisés dans d’autres forums et des réseaux similaires, y compris (en anglais) Jack et al. (2013) An entrepreneurial network evolving (lien)
Lockett et al. (2013) Motivations and challenges of network formation
(lien)
et (en français)
Chabaud et al. (2003) Les incubateurs d'entreprises innovantes (lien)
]]>
<![CDATA[La plateforme Easy Commerce USA-RDC : ce qu’il pourrait faire, et ce que j’aimerais voir]]>Fri, 11 May 2018 14:05:09 GMThttp://investinginafrica.org/blog/la-plateforme-easy-commerce-usa-rbc-ce-quil-pourrait-faire-et-ce-que-jaimerais-voirIl y a une nouvelle plateforme pour promouvoir l’investissement des Etats Unis en République Democratique du Congo, aussi bien que l’importation et l’exportation entre les deux pays.  La plateforme s’appelle « Easy Commerce USA-RDC » (site Web (encore en construction); facebook), et est gérée par l’Association d’Entrepreneurs de la RDC, qui a l’objectif de la promotion et la développement entrepreneurial.  Une partie de la plateforme s’appelle Easy Profile, qui a été décrit par Ted Mvutu, le président d’Association, dans un récent entretien à la radio :
 
« Nous avons prévu le programme dénommé Easy profil qui crée un profil professionnel virtuel d’un entrepreneur congolais qui va attirer les investisseurs étrangers qui viennent investir en RDC.
 
Les investisseurs qui viennent en RDC doivent trouver une plateforme des entrepreneurs organisés pour qu’ils contactent directement les opérateurs correspondant à leurs projets. Dans ce profil, nous mettons l’identité, le secteur d’activités de l’entrepreneur et nous allons connecter ces facteurs au ministère du Commerce américain pour faciliter la tâche aux investisseurs américains qui veulent venir en RDC. »
(Ted Mvutu)
 
Un répertoire commercial de « Easy Profiles » peut amener deux types d’investisseur.  Un type d’investisseur peut apporter d’investissement étranger direct (où une entreprise est établie en RDC et (au moins partiellement) possédé et géré par la société Américaine), tandis que l’autre type d’investisseur pourrait apporter d’investissement financier (où une entreprise gérée par des entrepreneurs congolais est financée par l’argent américain).  L’encouragement de chaque type d’investissement nécessiterait un accent différente sur les informations approvisionnés par Easy Profile, et j’éspère que l’Association spécifiera leur propres plans plus en détail avant de commencer les activités.  Comme le Président de l’Association dit que les investisseurs Américains puissent contacter les entrepreneurs locaux, au lieu d’être contactés, il paraît plus probable qu’ils apporteront l’investissement étranger direct plutôt que l’investissement financier.
 
L’investissement étranger direct peut bénéficier du directoire commercial « Easy Profile » en au moins deux étages : le cherche pour les nouvelles idées commerciales, et l’acquisition des ressources à réaliser une idée.  Quand considérant établir une nouvelle entreprise, un entrepreneur typiquement cherchera pour les opportunités commerciales des plusieurs sources, et montera de flexibilité en les opportunités qu’ils poursuivront.  Dans la cadre de l’investissement étranger direct, la flexibilité sera d’habitude réduite, comme l’investisseur sera susceptible d’avoir les cibles de production clairement identifiés, coordonnées avec les autres sociétés possédées par l’investisseur.  Cependant, il est possible que les idées et l’expertise locaux peuvent influencer les détails de l’investissement, par exemple si les ressources utilisé dans des autre pays ne sont pas facilement disponible en RDC, ou si les meilleures pratiques de gestion de ressources humaines diffèrent dans le pays.  Dans un format de répertoire, il peut être utile d’inclure une section où chaque société peut écrire librement à propos tout ce qu’elle considère important.  Par exemple, elle pourrait décrire les produits qu’elle offre, ou pourquoi elle pourrait offrir quelque chose peu commun, ou les autres idées qu’elle a pour nouveaux produits et services.  Il peut aussi donner des opinions sur les conditions et marchés commerciaux congolais actuels.  Easy Profile pourrait traduire en Anglais.
 
Le reportoire commercial « Easy Profile » pourrait aussi bénéficier l’investissement étranger direct par aidant l’acquisition de ressources pour réaliser une idée.  Le RDC n’est pas familier pour le plupart des investisseurs potentiels américains, et ils voudront trouver tels partenaires, fournisseurs, et sous-traitants.  Le présentation et la facilité d’accès seraient importantes – je copierais le dessin des sites Web principaux dans le domaine, et permettrais aux données d’être triées, recueillies, et extraites facilement.  Le site Web devrait être en anglais et français, afin qu’il puisse être utilisé par entrepreneurs américains et français tous le deux.
 
Pour aider les investisseurs à identifier les opportunités et les sociétés congolaises, il serait utile que les profils « Easy Profile » contiennent les informations suivantes :
  1. Le date quand la société a adhérée à « Easy Profile »
  2. Le nom de la société
  3. Les noms des cadres supérieurs
  4. Les noms des propriétaires et des directeurs
  5. La région dans lequel la société est basée
  6. L’industrie dans lequel la société opère
  7. Si la société est tenu par l’état, ou coté sur une bourse, ou tenu privément
  8. Si la société est une filiale d’un groupe
  9. Si la société export
  10. La nombre des employés
  11. Le revenu
  12. L’âge de la société
  13. Les produits ou services produites
  14. Si la société est immatriculée officiellement
  15. Le site Web
  16. Les médias sociaux
  17. Le téléphone
  18. Le fax
  19. L’email
  20. Les formes de relations que la société envisagerait (partenaire, fournisseur, acheteur)
  21. Le auditeur de la société
 
Plus d’informations aideraient à construire le confiance entre les investisseurs et les sociétés locaux.  La confiance peut être un problème majeur dans tout relation commercial, et pendant un investissement dans un pays étranger, elle a une importance particulière.  Des informations utiles peuvent inclure :
  1. Un déclaration général à propos les relations avec les investisseurs locaux
  2. Un déclaration de relations actuelles ou précédentes avec des investisseurs étrangers
  3. Les rapports d’audit, ou au moins les comptes
Les propriétaires ou les cadres supérieurs peuvent écrire librement pourquoi ils sont compétents pour travailler comme fournisseurs ou partenaires.
]]>
<![CDATA[Pourquoi la guerre en RD Congo serait un désastre pour les entreprises, ainsi que pour la population]]>Thu, 26 Apr 2018 00:32:17 GMThttp://investinginafrica.org/blog/pourquoi-la-guerre-en-rd-congo-serait-un-desastre-pour-les-entreprises-ainsi-que-pour-la-populationIl y a du spéculation parmi la presse et agences des développement que RD Congo peut être proche de retourner au conflit généralisé.  J’ai déjà écrit que la guerre précédente dans le pays fût un désastre économique.  Pour rappeler, la guerre peut mener aux revenus que soient plus basses d’environ 1000 $EU par personne par an qu’ils auraient été.  Sur dix ans, c’est 10,000 $.  Pour une population de 80 millions, c’est 800 milliards $.
 
Un des raisons que la guerre soit économiquement désastreuse est que les opérations des sociétés sont mauvaisement frappés.  Avec très peu d’exceptions, tel que les trafiquants des armes, il est difficile pour les entreprises à prospérer pendant le temps de guerre.  Bien sûr, il y a conséquences économiques plus larges pour les consommateurs et le gouvernement, et des effets à long terme par les changements dans la main-d’œuvre, mais laissons nous rester sur les entreprises pour l’instant.
 
La guerre peut affecter les opérations commerciales en interférant avec la capacité d’une société à identifier les opportunités nouvelles.  Familiarité avec, et connaissance de, un environnement est un chemin important pour les gens des affaires à trouver tels opportunités.  Quand un environnement se change radicalement par la guerre, la capacité des gens des affaires à identifier les opportunités est diminuée.  N’importe quel procédure de recherche à identifier les opportunités – par exemple, en faisant des tournées aux marchés locaux, ou des études – peut devenir dangereux ou impossible.  Au-delà de ça, le nombre d’opportunités tomberait probablement aussi, puisque les marchés sont perturbées.  Tandis que l’environnement changeant à cause de conflit apportera des nouvelles opportunités, le perturbation des marchés établis sur une période beaucoup plus longue semble presque certainement de mener à une grande perte nette d’opportunités.
 
Additionnellement, des opportunités anciennement attrayantes peuvent ne pas valoir la risque après un conflit commence.  Le capital serait probablement en approvisionnement limité en temps de guerre, forçant sa coûte en hausse.  Le risque extra, tel que ça apportée par la guerre, est d’habitude compensé par des rendements plus hautes aussi.  Si le opportunité offert un rendement anticipé qui est la même ou plus bas quand conflit commence qu’avant, puis il peut n’atteindre pas le rendement requis par investisseurs, et alors ne se passe pas.
 
Un autre raison pour l’effet de la guerre sur les opérations commerciales est qu’elle interfère avec la capacité des sociétés à planifier.  La guerre apporte plus d’incertitude à l’égard de l’avenir – les actions des combattants sont inconnues, et les événements futurs qui étaient anciennement probable peut être interrompu.  Un planificateur devrait deviner l’avenir à un étendu plus grande, et en plus devrait inclure les actions des combattants.  Le nombre des événements futurs que le planifier devrait considérer serait beaucoup plus large, et plus cher à examiner en totale s’il soit même possible.
 
La capacité à trouver des solutions à n’importe quel opportunité est aussi bornée par conflit.  Les chemins de formuler les idées peuvent être ne plus aisément disponible ou convenable.  Par exemple, une société qui anciennement examinait les pratiques des autres sociétés peut découvrir que ces pratiques ne sont plus aussi visibles, ou que ces pratiques ne conviennent plus dans l’économie de temps de guerre.  Si des solutions sont proposées, tester leur viabilité peut être difficile, avec les méthodes telles que les études ou lancements limités probablement plus cher pendant la guerre.
 
C’est qu’est de plus, la guerre peut interférer avec la capacité d’un société à implémenter un solution proposé.  La finance peut ne pas être disponible même si les rendements requis peuvent être atteints, et la main-d’œuvre disponible serait probablement plus petite.  Le stock de capital fixé serait une cible pour pillage.   Le réseau de collaborateurs commerciaux potentiels peut être réduit en taille.
 
Donc, en somme: la guerre est une mauvaise nouveau pour les opérations commerciales.
]]>